le site officiel du ski-alpinisme de compétition - un site de la fédération française de la montagne et de l'escalade
ski alpinisme
Accueil I Calendrier I Résultat I Réglement I Conseil I Club I Formation I Equipe de France       Participer I Organiser I Presse

Vous êtes ici : www.ski-alpinisme.com > technique

Gestion du risque d’avalanches lors d’une épreuve de ski-alpinisme

Robert Bolognesi, METEORISK
Article paru dans la revue de l 'ANENA " Neige et Avalanches " N° 117, mars 2007.

 

Le ski-alpinisme de compétition connaît un incroyable essor depuis quelques années, et les diverses épreuves inscrites au calendrier hivernal attirent toujours davantage de participants. Ainsi, c’est parfois plus de mille concurrents qui, au signal, s’élancent dans des sites de haute montagne en un véritable sprint.
Pas question ici de se concerter sur le choix de l’itinéraire, de contourner une pente suspecte, de respecter des distances de sécurité… Pourtant les risques sont réels !

Dans un tel contexte, les organisateurs doivent mettre en place un sérieux dispositif de gestion du risque d’avalanches. Cet article présente, dans les grandes lignes, celui qui a été proposé par METEORISK pour le Défi des Faverges le 26 mars 2006, un grand classique suisse du ski-alpinisme.

Avant l’épreuve

La sécurisation du Défi des Faverges 2006 a commencé bien avant la date du départ. Les travaux préparatoires, effectués conjointement par le service des pistes de la station de Crans- Montana-Aminona, la Maison FXB du Sauvetage et METEORISK, en collaboration avec le comité d’organisation de l’épreuve, ont consisté à :

- optimiser le tracé ;
- concevoir le dispositif de prévision des risques ;
- réaliser des déclenchements préventifs ;
- effectuer un suivi des conditions nivo-météorologiques ;
- informer le public et les concurrents.

Optimisation du tracé


(vue aérienne du site)

Objectifs :

- placer tous les postes de ravitaillement hors de l’emprise maximale des avalanches ;
- écarter la trace, le plus souvent possible, des zones avalancheuses ;
- prévoir des itinéraires de repli.

Pour optimiser le tracé, Il fallait tout d’abord dresser la carte des avalanches extrêmes du secteur.
Cette carte a été réalisée à partir de témoignages (apportés notamment par les responsables techniques de la course), de reconnaissances aériennes, de photographies et de modélisations. Un itinéraire de principe évitant le plus possible les emprises des avalanches extrêmes a ensuite été établi et soumis à l’appréciation de certains coureurs et des chefs techniques.
En effet, si le tracé doit être le plus sûr possible, il doit aussi conserver son intérêt sportif et ne peut ignorer certaines contraintes logistiques. L’itinéraire définitif et les itinéraires de repli ont été arrêtés, sur la carte, en tenant compte de leurs remarques.

Plusieurs reconnaissances à ski ont alors été effectuées, pour affiner les tracés. Elles ont permis de relever les principaux points de passage à l’aide du GPS et de reporter les itinéraires sur la carte au 1:10.000e avec une plus grande précision. Elles ont également permis de réaliser et de fournir aux équipes préparant la trace des fiches d’itinéraire concernant les passages les plus délicats.

Conception du dispositif de prévision des risques

Objectifs :
- définir les moyens techniques et humains à mobiliser pour effectuer la prévision du risque local d’avalanches ;
- établir une procédure efficace et réactive pour la collecte, l’analyse et la transmission de l’information nivo-météorologique.

Ce dispositif devait être opérationnel pendant la préparation de l’épreuve et jusqu’à la fin de son déroulement. Du fait que la constitution du manteau neigeux peut connaître de très fortes variations le long d’un tracé qui emmène les coureurs de 1 500 à 3 000 m d’altitude en empruntant des pentes d’orientations variées, il était nécessaire de mettre en place un réseau local d’observation assez dense.
Ainsi onze postes de relevés nivo-météorologiques, dont deux points de mesures automatiques et quatre sites de sondage, ont été utilisés, et six personnes (ayant reçu une instruction spécifique) ont participé aux diverses tâches de prévision des risques. La procédure adoptée distinguait deux périodes :
- pendant la préparation du tracé, la prévision a été effectuée chaque soir pour le lendemain ;
- durant la course, la prévision a été établie et communiquée à la direction de la course à un pas de temps horaire.

Déclenchements préventifs d’avalanches

Objectif :
- limiter la probabilité de déclenchement de grandes avalanches.

Des tirs préventifs ont été réalisés durant l’hiver, après les grosses chutes de neige, aux différents points menaçant le tracé et, au cours de la semaine précédant la course, des opérations de tirs ont été répétées à trois reprises afin de purger les zones les plus chargées.

Suivi des conditions nivo-météorologiques

Objectif :
- connaître la structure du manteau neigeux et prévoir son évolution.

Des profils nivologiques ont été effectués les 20, 21, 22, et 23 mars à proximité du parcours, dans diverses pentes représentatives. Ces profils ont permis de mieux estimer les dangers d’avalanches durant l’épreuve, mais aussi lors des jours précédents, alors que de nombreuses personnes participaient à la préparation du parcours.
Parallèlement au suivi nivologique, une prévision météorologique quotidienne locale, concernant la zone des Faverges, a été réalisée pendant la semaine du 20 au 26 mars et des bulletins spéciaux ont été rédigés à l’intention des organisateurs.

Information du public et des concurrents

Objectif :
- sensibiliser le public au risque d’avalanches sur le site de la course.

L’information sur le danger d’avalanche a fait l’objet d’une attention particulière :
- des panneaux d’information ont été posés pour rappeler aux riders pouvant fréquenter le domaine hors- piste des Faverges et aux concurrents venant parfois reconnaître le parcours que le secteur n’est pas sécurisé avant l’épreuve ;
- des panneaux ont été exposés au stand de remise des dossards dans le but de sensibiliser les coureurs et leurs supporters au danger d’avalanche ;
- des informations de dernière minute ont été communiquées aux concurrents lors de la présentation publique de l’édition 2006, le samedi 25 mars.

Pendant l’épreuve

Contexte nivo-météorologique :
- voir le bulletin du 21 mars 2006
- voir les profils nivologiques

Contexte Météorologie…

… durant la semaine précédant l’épreuve (20 au 25 mars)
Le soleil qui était présent en matinée du lundi 20 mars s’est rapidement voilé à l’approche d’une dégradation nuageuse, annonçant le temps instable qui a prévalu tout au long de la semaine. De petites éclaircies ont été observées le mardi 21 mars puis un nouveau front perturbé est arrivé le mercredi 22 mars en soirée et a amené une quinzaine de centimètres de neige à 2 500 m d’altitude. Il s’est évacué par l’Est le lendemain matin, faisant place au soleil pour peu de temps avant une nouvelle dégradation du temps, vendredi 24 mars, qui a apporté plus de 20 cm de neige fraîche en altitude. Pendant toute cette période, la limite pluie/neige s’est située aux alentours de 2 000 m, avec des températures variant de +10 à +15°C en plaine (températures supérieures aux normales saisonnières). Les vents, qui ont généralement soufflé du secteur ouest, se sont renforcés en fin de semaine.
En résumé : une semaine de temps humide, venteuse et particulièrement douce.

… durant l’épreuve (26 mars

Le 26 mars, jour de l’épreuve, on a relevé +22°C en plaine, ce qui est proche du record de chaleur de ces vingt dernières années (+23.3°C le 28 mars 1989) ! Cette seule donnée pourrait, à elle seule, résumer la situation…
Les mesures effectuées sur le secteur des Faverges révèlent une situation très douce en montagne : pas de regel nocturne en dessous de 2 200 m et températures positives à toutes les altitudes dès 10 h. Alors que la nuit est restée couverte et a connu encore quelques précipitations (avec de la pluie en dessous de 2 000 m remontant temporairement jusque vers 2 200 m), le ciel a commencé à se dégager dès 7 h 30 et la journée a été ensuite largement ensoleillée.
En résumé : une journée chaude après une nuit couverte et pluvieuse.

Nivologie …

… durant la semaine précédant l’épreuve (20 au 25 mars)
En dessous de 2 400 m, la semaine du 20 au 25 mars a marqué l’apparition d’un manteau neigeux de printemps. En effet, la remontée des températures, le faible regel nocturne et le vent doux ont fortement réchauffé la neige.
Dès le milieu de semaine, les premières avalanches de neige humide se sont déclenchées sur les pentes les plus raides. À plus haute altitude, le manteau neigeux est resté froid, compact et assez stable. Cependant, les petites couches successives de neige fraîche n’ont pu se lier correctement aux sous-couches et une certaine instabilité de surface s’est maintenue durant toute la semaine.

… durant l’épreuve (26 mars)

Avant le lever du jour, quatre tirs ont encore été effectués, en ultime précaution. Ces tirs n’ont pas donné de résultat significatif, ce qui a conforté le diagnostic de stabilité en altitude. A 8 h environ, une reconnaissance en hélicoptère a été effectuée pour pouvoir juger de l’activité avalancheuse récente dans les quelques zones non visibles depuis les points d’observation. Cette reconnaissance a permis de constater que plusieurs avalanches spontanées s’étaient produites durant la nuit et que de nombreuses fissures de reptation s’étaient ouvertes.

Analyse et décisions

Compte tenu des données disponibles, il semblait clair que les conditions nivologiques étaient très différentes selon l’altitude :
- au-dessus de 2 500 m, les précipitations et les vents de la nuit avaient été faibles ; le manteau neigeux apparaissait stable et les minages préventifs récents avaient fortement réduit les risques de coulées ;
- aux altitudes inférieures, en revanche, le manteau neigeux était humide ou même mouillé ; le regel nocturne avait été médiocre, voire nul ; les pentes étaient très chargées.

Deux scénarios étaient possibles : soit le ciel allait rester plus ou moins couvert jusqu’en milieu de journée, soit au contraire il allait se dégager en tout début de matinée. Dans le premier cas, le manteau neigeux pouvait encore résister quelques heures. Dans le second cas, on pouvait s’attendre à des départs d’avalanches aux altitudes basses et moyennes dès le milieu de matinée. La prévision météorologique établie à 3 h 30, en concertation avec Météo Suisse, annonçait le retour rapide du soleil. Cependant à 5 h, la situation semblait encore indécise…

Après concertation, et en tenant compte des conditions météorologiques de la nuit et des dernières prévisions, les responsables de la course ont décidé que celle-ci aurait lieu mais avec certaines restrictions :
- une partie de la descente devrait se faire par une piste de ski faute de pouvoir contrôler certaines des avalanches menaçant le parcours ;
- les équipes arrivant après 10 h 15 au point le plus haut de l’itinéraire devraient redescendre avec les télécabines.
Enfin, la neutralisation d’une partie de l’itinéraire située à basse altitude était envisagée. Elle dépendrait de l’évolution des conditions, en cours de matinée.

Ces décisions pouvaient sembler assez risquées, mais elles étaient toutefois pertinentes compte tenu des moyens de surveillance des conditions nivo-météorologiques qui avaient été mis en place (relevés météorologiques horaires à partir de 2 h en différents points du parcours) permettant un suivi en temps réel du temps et du manteau neigeux.
Vers 8 h, avec l’arrivée du soleil et la montée rapide des températures, le risque d’avalanche sur les versants Est à Sud a commencé à augmenter. La reconnaissance en hélicoptère a confirmé cette appréciation. La décision de neutraliser une partie du parcours située à basse altitude a alors été prise et des vigies ont été placées pour surveiller l’un des passages exposés.

Finalement, bien que de nombreuses coulées de taille importante se soient produites pendant cette journée, dans toute la région, la course s’est poursuivie et terminée sans incident.

On retiendra cependant que la sécurisation d’une telle épreuve est extrêmement délicate, et ne peut s’envisager raisonnablement qu’avec une préparation minutieuse, des moyens importants et la totale confiance des organisateurs.

Remerciements

De nombreuses personnes ont participé au dispositif de sécurité avalanche du Défi des Faverges 2006, et notamment Daphné Chardon, Rose Gigon, Christophe Berclaz, Fabrice Meyer, Charly Wuilloud, Pierre-Olivier Bagnoud, Florian Pourraz, Conrad Caloz, Daniel Barras, Bernard Fogoz et Miguel Bétrisey.

La FFME remercie Robert Bolognesi pour son autorisation de publication.

Vous êtes ici : www.ski-alpinisme.com > technique

calendrier ski

24/03/19
Championnat régional (Provence-Alpes-Côte d'Azur)
PEONE - VALBERG
24/03/19
La Valbergane
PEONE - VALBERG
26/03/19
Avaline Trax
Val d'Isère
29/03/19
Montée du Crôt
Morzine-Avoriaz
30/03/19
Matinale du joly
Hauteluce 73620

>> Calendrier national
 

 



 

 


 





 

 

A la une de l'actualité

20/03 : Réunissant 4 courses, le challenge de l'Ubaye est remportée par Corinne favre et Valentin Noebes Tourres Résultats
 
16/03 : 3 médailles pour cette dernière journée des mondiaux : l'or pour le relais féminin (Axelle Gachet-Mollaret, Lorna Bonnel et Léna Bonnel), l'argent pour les messieurs (William Bon Mardion, Alexis Sevennec, Samuel Equy et Thibault Anselmet) et enfin la médaille de bronze pour les jeunes (Justine Tonso, Anselme Damevin et Rémi Garcin) Lire l'article
 
16/03 : En junior, Julien Bernaz avec Robin Galindo et Fanny Muffat avec Charlotte Iratzoquy remportent le classement général de la MP Jeunes, ce sont deux duos italiens qui l'emportent chez les cadets/cadettes. Les français Robin Chalamel - Antoine Persin, Liv Poncet et Capucine Blanc montent sur la seconde marche du podium. Résultats
 
16/03 : Valentin Favre et Didier Blanc chez les hommes, Laetitia Roux et la suissesse Séverinne Pont Combe coté dames remportent la Pierra Menta ! Résultats
 
15/03 : Sur un parcours raccourcis, Axelle Gachet-Mollaret et Lorna Bonnel conservent leur titre de championne du monde par équipe. La paire française Equy-Sevennec s'offre la médaille en chocolat (suisse), au pied du podium. Lire l'article
 
13/03 : Sébastien Figliolini et Véronique Lathuraz s'imposent à Courchevel, pour l'avant dernière montée de la saison ! Résultats
 
13/03 : En Espoir, Samuel Equy décroche le titre mondial tandis qu'Axelle Gachet-Mollaret est vice-championne du monde. Mallaurie Mattana (junior) est en bronze. En savoir plus
 
12/03 : Médailles d'argent pour Léna Bonnel et Samuel Equy (Espoirs), le bronze pour Mallaurie Mattana (Junior), Margot Ravinel (Cadette) Lorna Bonnel et Xavier Gachet (Senior) Lire l'article
 
12/03 : Axelle Mollaret s'empare du titre de championne du monde ! Lire l'article
 
10/03 : Outre la médaille d'or de Léna Bonnel, l'équipe de France décroche 4 autres médailles : Justine Tonso prend l'argent (Junior) tandis que le bronze revient à Adèle Milloz (Espoir), Margot Ravinel (Cadette) et Lucas Bertolini (Junior) Lire l'article
 

Les archives de l'actualité


www.ski-alpinisme.com est un site de la fédération française de la montagne et de l'escalade
© FFME 2012 - reproduction interdite - contact